Guillaume BODART

Guillaume BODART

Guillaume BODART (2020-2023)
Développements sur la méthode de mesure de vitesses de surface par analyse de séquences d’images  (LSPIV – Large Scale Particle Image Velocimetry)
Encadrants: Jérôme Le Coz (INRAE Lyon), Magali Jodeau (EDF LNHE) et Alexandre Hauet (EDF DTG)
Ecole Doctorale: TUE (Terre Univers Environnement)


L’utilisation de techniques d’analyse d’images pour la mesure de vitesses de surface en rivière a constamment augmenté ces dernières décennies. L’imagerie permet en effet de déterminer le champ des vitesses en surface de manière non intrusive avec des résolutions spatiales et temporelles intéressantes. Les principaux champs d’applications sont l’hydrométrie (estimation du débit) et la courantométrie (étude des vitesses 2D).

Malgré l’apport sur ces thématiques les méthodes d’analyse d’images déplorent toujours des limites :

  • Robustesse : sensibilité au paramétrage (échantillonnages et réglages propres aux méthodes)
  • Champ d’application : hypothèse de surface libre plane n’étant pas toujours valide
  • Qualification :incertitude de la chaîne complète de mesure très peu étudiée (propagation des incertitudes sur l’ensemble des étapes)

L’objectif de la thèse est de développer la méthode en travaillant sur ces trois thématiques : robustesse du calcul, application à des surfaces libres non planes et quantification des incertitudes. Les premiers travaux portent sur la réalisation d’une rivière artificielle avec un écoulement de synthèse. L’intérêt est alors de disposer de cas de références où les vitesses en surfaces sont connues précisément. Pour la partie robustesse du calcul, l’idée est de développer un outil « pré-calcul » permettant de définir les échantillonnages spatial et temporel ainsi que le paramétrage le plus adapté à l’étude. Le critère déterminant est la minimisation des erreurs de mesures ainsi que des incertitudes.

Date de modification : 18 juillet 2023 | Date de création : 06 juin 2023 | Rédaction : SW